[Delcourt] Fatale 1

En 2011 est annoncé Fatale par Ed Brubaker et Sean Phillips chez l’éditeur Image Comics. La série débutera en novembre 2012 et deviendra un mensuel quelques mois après, en Janvier pour être précis. Savoir que Ed Brubaker récompensé par un Eisner Awards et Sean Phillips ayant bossé entre autre sur Hellblazer, Incognito ou encore Criminal ( avec Ed Brubaker ) ne pouvait que donner envie de se jeter sur la série. Delcourt a sorti cette année le premier tome «  La mort aux trousses » reprenant les 5 premiers numéros de la série alors qu’Image annonçait ce mois-ci que la série devenait un Ongoing ( c’est à dire une série continue ). Fatale fait aussi parti de la sélection 2012 d’Angoulême dans la catégorie Polar.

fatale 1

« De nos jours, aux États-Unis . Lors des obsèques de son parrain romancier, le reporter Nicolas Lash rencontre une mystérieuse jeune femme qui se fait appeler Jo. Intrigué par ses propos mais surtout subjugué par sa beauté, il se laisse séduire. Mais il découvre très vite que celle qui le fascine tant traverse les années sans vieillir, cherchant à échapper à un gangster qui s’avère être un monstrueux démon immortel. Et visiblement il n’est pas le premier à tomber dans les filets de la belle. »

Le récit commence à la manière d’un polar classique. Nicolas Lash commence à enquêter sur le passé de son parrain en trouvant un vieux manuscrit de roman jamais publié. Très vite il s’apercevra que ce roman possède peut-être une part autobiographique. C’est l’occasion pour Brubaker de splitter l’histoire en deux. Les événements impliquant Lash de nos jours et ceux concernant Hank. L’histoire de Nicolas ( et pas Nick ! ) est moins présente que celle de Hank mais c’est très suffisant, car le passé est le plus mystérieux. Cependant on est jamais frustré car les passages mettant en scène Nicolas sont présent en nombre suffisant et arrivent à nous tenir en haleine.

L’histoire de Hank commence alors qu’il est journaliste et qu’il a écrit un article dénonçant la corruption de certains policiers en service dont Walt Booker. Il rencontrera un soir la belle Joséphine qui s’avère avoir une relation avec l’un des policiers incriminés.
Mais Fatale n’est pas qu’un Polar. En effet le titre prend à partir d’un certain point tout une dimension horrifique absolument géniale. Au fil de l’aventure les 3 principaux protagonistes seront confrontés à des événements occultes et une organisation secrètes très dangereuse.

Ed Brubaker arrive dans Fatale à mélanger à la fois le polar classique des années 50 et l’horreur. Mais ici l’horreur n’est pas omniprésente et les moments gores ne sont pas légions. C’est réellement plaisant de voir que l’auteur ne tombe pas dans la facilité d’en faire trop. Ici l’horreur n’est qu’un aspect de l’histoire et le nombre de secrets à comprendre est presque plus important que le reste. On a envie de savoir qui est Joséphine et quel secret elle cache à tout le monde, on veut savoir pourquoi Hank a caché ce manuscrit si longtemps ou encore qui sont les membres de l’organisation secrète que l’on rencontre à plusieurs reprises.

fatale 2Coté dessin Sean Phillips a parfaitement réussi à saisir l’ambiance du titre et à nous fournir un travail de qualité. Que ce soit sur l’ambiance globale du titre ou sur certaines cases montrant les villes fin année 50, tout est absolument splendide. L’immersion est totale et on voit qu’encore une fois Phillips et Brubaker se sont parfaitement comprit.

Vous l’aurez comprit, Fatale tome 1 est un incontournable. Écrit avec brio, dessiné à la quasi perfection et le tout servi dans une édition de grande classe par Delcourt, il serait criminel ( ho ho ho ) de passer à coté de ce titre absolument génial.

Partager Share

Laisser un commentaire

Facebook

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>