Faith #1

/!\ For the english review click here /!\

d08e304e-dadf-4847-b963-9f4d6d8b1392En Octobre dernier Valiant a annoncé la sortie d’un mini-série sur un des personnages de l’équipe Harbinger : Faith.
Sans que ce soit étonnant (le personnage étant une femme et obèse) les médias américains se sont empressés d’entrer en adoration face à cette nouvelle série qui pourrait après tout représenter la lectrice typique de Tumblr (je vais encore me faire des amis).
Maintenant que le premier numéro est sorti voyons ce que ça vaut !


Dans ce premier numéro on suit Faith qui se fait à sa nouvelle vie de super-héroïne solo. Elle va ainsi jongler entre une identité civile qu’elle a créé pour éviter qu’on la reconnaisse et ses patrouilles en ville afin de faire régner la justice en Californie. Et pour arriver à donner l’illusion qu’elle est un être humain normal elle a donc décidé de trouver un boulot chez un site de news people qui fait beaucoup trop penser à Buzzfeed.
Elle va aussi tenter de résoudre quelques crimes en combattant un gang de voleurs de chiots ou en essayant de retrouver des Psiots (les mutants du Valiant Universe pour ceux qui n’ont pas suivis).

Le personnage de Faith n’est en soit pas désagréable. Son histoire avec Torque était intéressante et plutôt touchante puisqu’elle nous enseignait à la fois l’acceptation de l’autre ainsi que de ne pas avoir honte de son corps et de sa condition ; Faith étant évidemment obèse tandis que Torque est à la base lourdement handicapé et n’obtient son corps parfait que grâce à ses pouvoirs « mutants ».
Seulement dans ce numéro Faith semble perdre toute son humanité pour au final n’être qu’une parodie pop-culturesque.

Tout dans ce numéro donne l’impression d’être complètement artificiel pour plaire à une certaine catégorie de lecteurs de comics. Je sais bien que le but d’un bouquin est aussi de plaire et que le lecteur puisse s’identifier mais jeter de la pop culture à quasi toute les pages peut donne simplement la nausée.
Toute la partie au travail de Faith chez « not-Buzzfeed » est d’une lourdeur que l’on avait pas connu chez Valiant depuis le reboot total de leur univers. On enchaîne ainsi les personnages clichés à la pelle avec la boss forcément un peu méchante, le type cynique qui déteste la pop culture mais qui reste pour son diplôme/l’argent et ainsi de suite.

Bonjour je suis un personnage cliché.

Bonjour je suis un personnage cliché.

La sensation de personnage et situation artificielle n’est pas atténuée avec le premier crime que doit résoudre Faith. En effet celle-ci tombe sur un gang qui décide tout simplement de voler des chiots et de les stocker dans des cages pour (on imagine) les revendre plus tard. Je ne dis pas que ça n’arriverais jamais en vrai mais quand c’est ajouté à tout le reste ça donne forcément quelque chose de beaucoup moins crédible.
Et c’est dommage,car il y a beaucoup à faire avec le personnage, surtout que le tout début avec les Psiot en vadrouille ainsi que la fin qui revient sur ce point d’histoire semble intéressant.

Coté dessins c’est Francis Portela qui s’y colle et nous fait dans l’ensemble un boulot acceptable même si certains gros plans sur les personnages peuvent faire un peu peur, les personnages n’étant pour la plupart pas à leur avantage. Et cette remarque vaut aussi pour Faith qui nous fais se poser la question « peut-on prendre au sérieux un super-héro en surpoids ou tout simplement moche ? » (question à laquelle je ne répondrais pas). Les séquences fantasmes sont elles réalisées par Marguerite Sauvage qui possède un style bien à elle et qui correspond plutôt bien au coté romance de ces moments.
aa
On sort donc d’un premier numéro moyen entaché par trop de situations stéréotypée pour si peu de pages. Cependant j’espère que tout ceci n’est que le résultat d’une mise en abîme un peu maladroite et que le reste de la mini sera de meilleure qualité avec notamment l’histoire sur les échappés de Rising Spirit.

Partager Share