Luke Cage – Review de la saison 1

marvels-luke-cage

Je ne suis pas un grand fan de Luke Cage en tant que personnage. Tout comme Ant Man, je n’ai pas lu énormément de choses à son sujet. La seule fois où j’ai vraiment été face au personnage a été lors du run de Bendis sur New Avengers. Le personnage était sympathique et sa relation avec sa femme et son enfant était attachante sans non plus être extraordinaire.
Malgré tout après l’annonce de la série faisant parti de l’univers « Netflix » je pensais que l’idée pourrait être intéressante puisque après tout il est vrai que les héros noirs (intéressants) ne sont pas légions sur nos écrans.
Et puis, Jessica Jones arriva, et là ce fut en quelque sorte le drame. Après Daredevil qui ne sait pas finir ses saisons mais qui reste le très haut du panier des séries super-héroïques ; ce qui n’est en soit pas difficile vu le niveau déplorable, Jessica Jones était tout simplement raté.
J’avais donc au final assez peur du résultat de cette nouvelle série et il s’avère malheureusement que j’avais raison.

La série nous présente donc l’histoire de Luke Cage qui s’est installé dans le quartier d’Harlem à New York. Il tente de faire profil bas en jonglant entre deux petits boulots : L’un pour le coiffeur local « Pop » et le second en tant que plongeur dans un club de jazz tenu par un gangster du coin (et accessoirement méchant de la série) Cottonmouth.
Mais il va s’apercevoir que la vie à Harlem n’est évidemment pas de tout repos et qu’il va devoir agir pour protéger les habitants des violences dues aux gangs. Il fera d’ailleurs très vite la rencontre d’une policière du nom de Misty Knight avec qui il aura une relation tumultueuse tout au long de la série.

luke-cage

Vous le remarquerez, le scénario est super classique, que ce soit pour une série ou un comic-book. Le héros en « cavale » qui pose ses valises dans un quartier ou une ville tentant de vivre au calme mais qui va se faire rattraper par les ennuis et son passé. Même pour quelqu’un qui n’est pas familier du personnage en comics ce pitch de départ est convenu au possible. On a vu ce genre d’histoire dans quasiment tous les genre, que ce soit le western, la science fiction, le policier ou tout simplement les films d’art martiaux.
Cela aurait pu être acceptable si la narration était quelque peu audacieuse et nous emmenait en terrain inconnu mais non. En plus d’un scénario vu et revu la série de cage nous offre une histoire dont on peut deviner les tenants et aboutissements de chaque épisodes. C’est simple : dès qu’un personnage apparaît à l’écran il est possible de deviner ce qu’il va lui arriver ou ce qu’il va faire dans l’épisode. On sait quel personnage va mourir, quel personnage va être un traître ou un vendu, de quelle manière et on arrive même à deviner le passé de pas mal de protagonistes. Personne n’est épargné et la série se transforme alors en bingo du prévisible. Le tout nous donne des épisodes lents où même s’il se passe des choses le temps passe très lentement. C’est poussif et même l’action n’aide pas à s’immerger.
Le scénario n’est pas aidé par le cast dont chaque personnage est un archétype de cinéma. On a le vieux mentor bienveillant qui va servir à réveiller le héros, le love-interest, le ou les politiques corrompus, les policiers qui évidemment maltraitent la population locale et le méchant qui a un parcours typique de méchant. Et je sais que ce sont des personnages existants de comics (vous allez pas me la faire à moi) mais si Fisk a réussi à devenir le personnage le plus charismatique du Marvel Cinematic Universe dans sa totalité pourquoi n’était-il pas possible de faire pareil pour les bad-guys de Luke Cage par exemple ? Surtout que l’esthétique « gangster » et la mode Hip-Hop pouvait donner des designs de costume complètement tarés alors que la série veut rester terre à terre tout en nous parlant d’un personnage qui a les mêmes attributs que Hulk (en moins impressionnant). Un peu de folie n’aurait pas fait de mal.
Malgré tout, et surtout grâce aux personnages clichés il faut admettre que certains personnages sont effectivement sympathiques. Mention spéciale à Pop qui est un peu le Mr Miyagi de Harlem.

On pourrait même dire que la série fait en ce sens preuve d’un certains racisme ou d’une certaine condescendance envers toutes les catégories de personnages. Car en effet tous les personnages blancs sont soit idiots, pathétiques ou corrompus sans exceptions. Et avant que l’on m’accuse de paranoïa il faut aussi voir les dégâts du coté des personnages noirs. C’est simple, pas un seul n’est capable de discuter ou de tenter de comprendre ce qu’il se passe à part le mentor. Tout se résout par la violence. Luke Cage évidemment puisqu’il doit représenter le héros fort et indestructible mais même les personnages secondaires comme Misty Knight ont des réactions aberrantes, primaires et tout simplement violentes.

misty-knight-luke-cage

On ne comprend donc pas tellement ce que la série essaye de nous dire. Défend elle la cause noire aux USA en nous disant que les politiques et policiers blancs sont des salauds ou est-elle en train de nous dire que les populations des ghettos sont des sauvages qui ne peuvent pas résoudre leurs conflits autrement que par la violence ?
Un fait amusant, et je raconte cela en essayant de pas spoiler est que le personnage ayant la « meilleure » évolution en terme de caractère ou « d’ascension sociale » est celui qui est le moins violent de la série voire le plus calculateur. En effet, Shades qui apparaît dès le début se démarque totalement des autres personnages gangsters. Il est froid, calculateur et veut directement aller à l’essentiel sans se faire remarquer et provoquer des violences inutiles tandis que Cottonmouth de son coté est une brute qui donne l’impression d’être un personnage distingué alors qu’il fini toujours par utiliser ses poings et succomber à la colère et ce à plusieurs reprises là où Wilson Fisk dans Daredevil n’a montré sa face sombre que deux fois et à des moments cruciaux de la série. Cottonmouth donne plutôt l’impression d’être un personnage qui veut nous faire croire qu’il a le contrôle de ses émotions alors qu’il n’est au final qu’une bombe qui explose toutes les 5 minutes.
Les seules fois où Shades fait preuve de violence sont celles où il a mit en place un plan pour avoir du succès dans le milieu du crime tout en manipulant d’autres personnages pour y parvenir. Vu le contexte de la série on peut difficilement voir ça comme une subtilité de scénario mais plutôt comme un autre cliché raciste qui ne met pas la communauté d’Harlem à son avantage.

luke-cage-streaming-768x432

La réalisation ne relève pas le niveau de cette catastrophe. Tout d’abord le filtre jaune est comme dans Jessica Jones une très mauvaise idée. Le filtre rouge servait le propos de Daredevil puisque celui-ci étant aveugle, il « voyait » autour de lui en rouge. Alors que dans Jessica Jones et maintenant dans Luke Cage cela n’a aucun autre intérêt que de tenter de lui donner une identité visuelle. C’est dommage d’autant que certains plans hors de New-York n’ont pas ce filtre et sont même plutôt jolis.

Les combats quand à eux sont une véritable déception. Les chorégraphies sont ratées voire inexistantes ; luke cage ne sait tout simplement se battre ; ce qui est un comble quand on découvre son passé. Les différentes scènes de baston sont bâclées et brouillonnes et on ne ressent ni la puissance de Luke Cage ni la violence et la sauvagerie des gangs contre qui il est censé être en guerre. Pour une série qui mise tout sur les atouts physiques de son héros c’est vraiment dommage de ne pas avoir réussi cet aspect.
Une des forces de Marvel est aussi le fan-service et l’apparition de différents easter-eggs. Là aussi le bilan n’est pas fameux. Quelques uns sont mis en avant mais cela fait vraiment forcé avec une répétition lourde de certains noms ou une certaine « moquerie » de costumes un peu comme le faisait Suicide-Squad avec Harley Quinn. L’apparition de Stan Lee (que serait un Marvel sans Stan Lee) est d’ailleurs elle aussi assez décevante.
Coté musique je n’y connais rien puisque je ne suis pas amateur de Hip-Hop. J’ai cependant fait de brèves recherches pour comprendre l’univers musical de la série et ce que je peux dire est qu’il semble y avoir un vrai respect pour l’aspect culturel de Harlem ou tout simplement du genre musical. C’est quelque chose qui est important de noter, après tout une mauvais ambiance sonore peut totalement ruiner une série (même si dans ce cas là Luke Cage s’en sort très bien tout seul).

Enfin il convient de parler du dernier épisode car il semblerait que Netflix ou du moins les réalisateurs en charges des séries ne savent pas conclure leurs histoires. Dans Daredevil c’était pas si gênant que ça puisque les deux saisons étaient bonnes. On se retrouvait avec un épisode qui essayait dans la saison 1 de recoller avec le Marvel Cinematic Universe et se ratait complètement puis dans la saison 2 avec quelque chose de brouillon et un peu décevant sans être non plus catastrophique (excepté pour le changement de costume de DD dans la saison 1 qui reste impardonnable).
Et dans Luke Cage c’est le même problème, le dernier épisode est mauvais, très mauvais. Le problème est que la série ne rattrape globalement pas le niveau de cet épisode. Le costume du bad-guy est complètement raté et digne d’une production Arrow tandis que le combat final est à l’image de tous les autres de la saison : Navrant, sans puissance et décevant. Mention spéciale au « boost » de confiance du héros principal digne des plus mauvais Shonen des années 2000 qui m’aura littéralement fait éclater de rire devant l’épisode alors que la séquence était censé être émotionnelle. On était plus au niveau de Daredevil le film que de la série.
Vous l’aurez compris, Luke Cage est une catastrophe de bout en bout. Un scénario faible que l’on a déjà vu dans des tas d’œuvres tout média confondus qui fait que l’on arrive pas à rentrer dans l’histoire ou à vraiment s’attacher aux personnages. Il n’y a pas grand chose d’autre à dire si ce n’est que j’ai vraiment été déçu de voir qu’un personnage qui pouvait représenter une cause et avoir une vraie profondeur n’aura le droit qu’à une série moyenne si on décide d’être généreux ou tout simplement mauvaise comme c’est mon avis.
Le future des séries Marvel par Netflix n’est pas rassurant. Pour le moment seul Daredevil a réussi à sortir du lot et à nous offrir une véritable aventure qui nous tient en haleine avec des personnages intéressants et développés. Netflix aura donc raté 50% de ses séries et honnêtement je commence à avoir peur de ce que vont donner The Defenders et Iron Fist Si ces deux séries ont le droit au même traitement que Jessica Jones et Luke Cage.

the-defenders-logo

Partager Share