[Panini] Iron Man 1

Continuons nos review des premiers numéros Marvel Now de Panini en nous penchant aujourd’hui sur le magazine Iron Man n°1.

IronManPanini1

La répartition des séries en fait la revue « cosmique » de Panini. Avant d’aller plus loin, je tiens à préciser qu’une telle orientation n’a pas de légitimité pour moi. Il y avait jusqu’à présent le bimestriel Marvel Universe qui accueillait les épopées galactiques des Gardiens de la galaxie, Thanos et autres héros cosmiques, et qui était tout à fait destinée à publier les séries Guardians of the Galaxy et Nova. Notons que ce bimestriel est destiné à mourir d’ici la fin de l’année, mais repartira probablement au numéro 1 en 2014. Le principal argument de faire d’Iron Man la revue cosmique est alors clair : introduire les personnages des Gardiens, Star-Lord, Nova et toute la clique pour préparer le lecteur au film Guardians of the Galaxy, prévu pour 2014, le tout dans un magazine au titre accrocheur (pour attirer les potentiels « nouveaux lecteurs »  après la sortie d’Iron Man 3 au cinéma).
On peut également remettre en cause le choix de publier Fantastic Four tout en faisant l’impasse sur FF, les deux séries étant liées et écrites par Matt Fraction.

Mais mettons de côté les choix éditoriaux douteux pour nous intéresser au contenu et à la qualité des séries du magazine.

Iron Man : C’est quand même dommage que la série qui donne son nom à la revue soit la moins bonne des quatre.
Ce qui frappe avant tout, c’est le design immonde de Tony Stark, et les dessins en général.

iron-man-now-1-drinks-e1352374351760

Tout est froid et artificiel, les personnages ont tous la même expression idiote et la même pose de mannequin que Greg Land aurait décalqué sur des photos de magazines de mode. Kieron Gillen, de son côté, nous sert l’introduction d’un scénario peu enthousiasmant, nous ressortant Extremis (c’était quoi déjà, le sujet d’Iron Man 3 au cinéma ?) et montrant un Tony Stark en pleine crise de la quarantaine, plus imbus de lui-même et insupportable que jamais.  Une série sur laquelle j’avais fait l’impasse en VO après ce premier numéro et que je n’aurais définitivement pas lue s’il n’y avait pas d’autres séries plus intéressantes au sommaire. C’est l’occasion de lui donner une deuxième chance, en espérant que ça s’améliore par la suite.

Les gardiens de la Galaxie : Après un petit édito nous rappelant brièvement les origines des Gardiens, on enchaîne avec ce numéro 0.1.
Ce récit au passé raconte les origines de Peter Quill, de sa conception née de la rencontre entre un alien et une terrienne aux événements qui feront de lui le Star-Lord qui dirige aujourd’hui les Gardiens. Une origin story bien racontée par Bendis, assez rapide et expéditive mais efficace. On est, néanmoins, pas dans du cosmique à proprement parler, l’histoire s’attardant uniquement sur Peter. Mais ne vous y méprenez pas, Bendis ne bouleverse pas les standards et livre un récit des plus classiques, laissant presque un arrière-gout de déjà-lu. Aucune information sur la suite des événements et sur la direction que prendra le scénario dans les numéros à venir.
Steve Mcniven nous sert de jolies planches, peut-être un poil trop teintées de ce filtre bleu/violet censé caractériser cette ambiance cosmique.
Un très bon début pour la série blockbuster du magazine, j’attends la suite avec impatience (et, comble de bonheur, les futurs épisodes co-écrits par Neil Gaiman et dessinés par Sara Pichelli).

GUARDIANS-OF-THE-GALAXY-0.1-Cover

Nova : Un début peu palpitant pour ce premier numéro, centré sur les origines de Sam Alexander, le dernier Nova en date. Des personnages pas vraiment charismatiques et des situations assez clichées et déjà vues pour une série qui semble très orientée teenagers. Les événements s’enchaînent sans réel lien et le cliffhanger ne m’a pas donné particulièrement envie de lire la suite.
On retiendra tout de même les planches de McGuinness, assez jolies dans l’ensemble, quoique légèrement illisibles lors de certaines scènes d’actions.

Nova_1_Cover_02

Fantastic Four : Un run qui débute en toute simplicité après le long et fastidieux passage de Jonathan Hickman. Blessé lors d’un voyage dans le temps, Reed emmène sa famille en excursion spatial pour tenter de se guérir.
Matt Fraction est plutôt bon en ce moment (Hawkeye) et démarre sa nouvelle série d’une manière classique mais efficace. La caractérisation des personnages est là, l’humour est présent. Il est intéressant de savoir que durant leur épopée, les 4 fantastiques choisissent une équipe de remplacement pour protéger la terre, équipe que l’on peut suivre dans FF, l’autre série de Fraction.
Au niveau du dessin, Mark Bagley s’en tire bien sans pour autant faire des merveilles. Une bonne introduction pour une série qui s’annonce intéressante et qui pourrait en réconcilier plus d’un avec les Fantastic Four.

Fantastic-Four_1_Promo-Cover

A l’exception d’Iron Man donc, le magazine ne souffre pas de série foncièrement mauvaises. Des débuts assez lents pour Nova et plutôt accrocheurs pour les Gardians et les Fantastic Four. On regrettera juste la non-présence de la série FF, particulièrement lorsqu’on sait que certaines revues proposent 5 séries. 

DevilPoulet

Partager Share

Laisser un commentaire

Facebook

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>