Punk Rock Jesus #1

États-Unis, dans un futur proche (2019). L’entreprise Ophis offre au monde un nouveau show de télé-réalité, dont la star n’est autre que… le clone de Jésus. Une jeune vierge choisie comme mère porteuse, un garde de la sécurité irlandais, un directeur, une scientifique en charge du projet. Voilà de quoi se compose Punk Rock Jesus.

news_illustre_1333988450

La série est entièrement écrite et dessinée par Sean Murphy (Joe the Barbarian, Hellblazer, American Vampire…). Et il faut le dire, la maîtrise est totale. Le titre est en noir et blanc, et chaque page, chaque case révèle un travail de génie, que ce soit au niveau des décors, des expressions, des visages… Le tout est assez réaliste, servi par des dialogues qui vont de l’anglo-irlandais au discours aseptisé du présentateur TV et qui servent parfaitement l’ambiance du titre. Le mieux, c’est encore de vous laisser juger par vous-même.

prj

L’histoire se centre d’abord sur le passé du garde de la sécurité, Thomas McKael. Sans spoiler quoi que ce soit, le personnage semble très inspiré du Punisher, tant au niveau de ses motivation que pour ses allures d’armoire à glace muette.

Parmi les autres membres du projet, on découvre le docteur Sarah Epstein, spécialiste en clonage. On comprend bien que ce n’est pas la technique qui lui pose problème, mais les conséquences qu’elle engendre. Ce ne sont pas des considérations d’ordre religieuses qui lui pèsent sur la conscience, mais d’éthique scientifique. Sans rien révéler, TOUS les éléments du projet sont contrôlés afin que le succès de l’émission soit conséquent.

« It’s important viewers feel like we selected one of their own. It’s show business. Ophis will only answer to rating. »

La mère porteuse, Gwen, est une jeune vierge choisie « au hasard » d’un casting parmi de nombreuses candidates. Dépassée par les événements, elle en vient à se demander, au moment fatidique de l’accouchement, si elle n’est pas une mauvaise mère de faire subir à son bébé une naissance devant les caméras du monde entier. Ses considérations morales seront vite effacés par un coup d’anesthésiant. Et nous voilà quelques minutes plus tard avec le nouveau Jésus, retransmis en direct sur toute la planète.

int-1343667850

Le projet, judicieusement baptisé « J2 », soulève également des mouvement de protestations. Il faut dire qu’ils n’y vont pas avec le dos de la main morte : les cellules du clone sont prélevées directement sur la relique sacrée, le saint-suaire. Si les « NAC » (New American Christians ) manifestent directement dans la rue, et semblent relativement inoffensifs, il est fortement sous-entendu qu’Ophis ainsi que tous les membres du projet sont la cible principale de toutes les organisations terroristes du monde…

Il est difficile d’en parler plus sans résumer complètement les événements qui se passent dans PRJ. Ce numéro 1 ouvre de nombreuses pistes : l’histoire de Thomas, du docteur Epstein, de Jésus #2, du débat, des réactions de la population…

C’est indéniablement un titre d’une grande qualité, aussi bien graphique que scénaristique (le cliffhanger de la fin serait presque choquant). L’histoire est très dense, comporte de nombreux éléments qui impliquent plusieurs lectures, et se développe très vite. La série ne fera que 6 numéros, ce qui devrait convenir aux budgets plus modestes. Jetez-vous sur ce numéro 1 avant qu’il soit épuisé, ça coûte que 3$ pour 32 pages, (contre une vingtaine en moyenne chez Marvel et DC) sans pub,  et ça les vaut largement.

DevilPoulet

Partager Share

Laisser un commentaire

Facebook

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>