Quel avenir pour Spider-Man?

/!\ Attention, cet article révèle la fin d’Amazing Spider-Man #700 /!\

quel-avenir-pour-spider-man_3988181-M

Si vous êtes amateurs de comics, ou simplement au courant de l’actualité du média, vous n’avez pas pu passer à côté de l’événement de cette fin 2012. La série Amazing Spider-Man, créée en 1962, s’arrête définitivement après 50 ans d’existence, au numéro 700.

Bien entendu, la fin de la série ne signifie pas la disparition du tisseur de l’univers des comics. Une suite plus ou moins directe débutera dès Janvier 2013. Amazing Spider-Man devient The Superior Spider-Man, avec toujours Dan Slott au scénario.

L’opération pourrait paraître purement commerciale dans un désirs de ramener Spider-Man dans Marvel Now. Mais c’était sans compter sur l’annonce de Slott il y a quelques mois. L’homme affirmait fièrement que le numéro 700 diviserait Internet en deux. Une telle déclaration à forcément l’effet d’une bombe, et les spéculation vont bon trains, particulièrement lorsque l’éditeur de Spidey révèle que Peter Parker ne sera pas sous le masque du Superior Spider-Man.

Faisons un petit point sur les derniers mois de la série. Spider-Island fût un événement de grand ampleur, assez épique et bien raconté. Le problème, c’est que Slott s’est ensuite reposé sur ses lauriers. Un enchaînement d’histoires moyennes, sympathiques tout au plus. Après un Ends of the Earth relativement classique, un bon arc qui voyait le retour du Lézard et de Morbius (qui aura droit à sa propre série), on à touché le fond avec Alpha. Un personnage créé quasiment ex-nihilo, disparut aussi rapidement qu’il est venu, et inintéressant au possible, la baisse de régime se faisait sentir. Une petite histoire de transition avec les bouffons verts et nous y voilà, l’arc final concluant le demi-siècle d’existence : Dying Wish. L’histoire s’étale du #698 au #700.

Doc Ock, qui est mourant depuis un petit moment déjà, vit ses derniers instants (et pour de bon, cette fois) dans une prison de haute sécurité. Dans un dernier élan de folie et de méchanceté, celui-ci échange son corps avec celui de Peter pour faire souffrir une ultime fois le héros et ses proches.

Ce qu’Octopus n’avait pas prévu, c’est qu’en échangeant leur corps, ils s’approprieraient également leurs pensées respectives. C’est au moment de leur confrontation finale, lorsque Peter comprend qu’il ne pourra pas ré-investir son corps et est condamné à une mort certaine, qu’Otto est submergé par le souvenir des épreuves qu’il a subit tout au long de sa vie et qui l’ont conduit à devenir Spider-Man : la mort de son Oncle, ses remords, son amour pour sa tante… Tenant son propre corps mourant dans les bras, il lui promet de devenir un meilleur héros, plus puissant, plus intelligent. De devenir le Superior Spider-Man.

quel-avenir-pour-spider-man_3988185-M

On a donc un nouveau statu quo dans l’univers Marvel : Peter Parker est définitivement mort, personne n’est au courant puisque son corps reste vivant, habité par l’esprit du Doc Ock dont la mémoire devient peu à peu celle de Parker.

 Le problème n’est pas de faire mourir un héros. Cela à déjà été fait plusieurs fois (Superman, Jean Grey, Green Lantern, Captain America…) et relativement bien. Ça devient presque un passage rituel pour les super-héros, et c’est même déjà arrivé à Spider-Man dans l’univers Ultimate (remplacé par Miles Morales). Le problème, c’est la façon de le faire. Tout peut être raconté lorsque c’est fait avec talent et un minimum de respect pour les lecteurs.

One More Day était jusqu’à présent l’exemple typique de ce qu’il ne fallait pas faire. Un dilemme tout à fait ridicule (choisir entre sa vieille tante mourante depuis dès années [tante qui se voit bafouée dans le #699, c’est une honte] ou la femme de sa vie), une pirouette pour annuler tout ce qui à été fait depuis des années, et on repart à zéro.

Ici encore, je trouve que Slott amène à sa conclusion avec la finesse d’un éléphant dans un magasin de porcelaine. L’arc se traîne sur 3 numéros. Trois numéros durant lesquels je me disais « Nan, c’est pas possible, il va pas faire ça », pour finalement voir que si. Ah le salaud. Ça passerait encore si il y avait un tant soit peu d’émotion, mais non. Voir Peter mort dans les bras de son ennemi de toujours, ça m’a fait ni chaud ni froid. Et je trouve ça inacceptable de clore 50 ans d’histoire comme ça. Il est évident que Slott se laisse des portes ouvertes pour la suite, dans l’éventualité ou SSM ne marcherait pas. Je dirais presque que cette fin est uniquement dans le but de choquer et de faire parler de lui.

Bien entendu, cette conclusion soulève de nombreuses questions pour la suite. Comment va agir Doc Ock ? Va-t-il faire preuve de plus de violence que Peter ? Va-t-il un jour révéler la vérité au monde ? Sa personnalité va-t-elle progressivement s’effacer pour redevenir entièrement Parker ? Qu’en sera-t-il de Spidey au sein des Avengers ? Et plus généralement, Peter Parker est-il réellement mort ?

Évidemment, toutes ces questions en suspend me donnent envie de lire la nouvelle série. Mais ai-je vraiment envie de voir MJ dans les bras d’Octopus ? De voir la rédemption un peu facile du méchant qui a failli détruire la terre quelques mois auparavant ? Comme je l’ai dit, tout peut être raconté, tant que c’est fait avec un respect du lecteur et du personnage. Et c’est ce qui me dérange plus que tout, ce manque de classe qu’à eu Slott sur toute la fin de la série, ce grand fuck adressé aux anciens et futurs scénaristes, aux lecteurs de longues dates, à ceux qui ont grandi avec Spider-Man, à 50 ans d’histoire, à des millions de fans comme de lecteurs occasionnels. Bref, à tout le monde.

Je vais également revenir sur l’issue #700 en elle-même, puisqu’elle mérite que l’on s’y attarde. Vendue au prix de 8$ pour une centaine de pages, le récit final en remplit la moitié. On à droit à deux autres récits bien différents. Le premier de J-M DeMatteis (auteur d’une des plus belle histoire de Spider-Man : Kraven’s last hunt) met en scène, dans un futur alternatif,  un grand père qui fut autrefois Spider-Man et son petit-fils. Assez émouvante, cette histoire est un bel hommage au héros et à sa galerie de personnages.

quel-avenir-pour-spider-man_3988182-M

Le deuxième récit, beaucoup plus anecdotique, nous montre la façon bien particulière qu’a Félicia Hardy, la Chatte Noire, d’aider Spidey lorsqu’il combat les vilains en tout genre. Assez rigolo (mais particulièrement moche), ça se lit bien mais ça n’a rien à faire dans l’issue finale d’une série historique.

On à ensuite droit à quelques aperçus du futur Superior Spidey, avec des notes disant « achetez notre série », « Lisez Avenging 15.1 », « Lisez Morbius »… Quand je vous dit que ça manque de classe tout ça.

Enfin, le numéro s’achève sur une galerie des 700 couvertures d’Amazing Spider-Man qui se sont succédées.

Ah, puis il reste le traditionnel courrier des lecteurs. Un peu plus intéressant cette fois, puisque que c’est Stan Lee qui répond à quelques une de ses lettres, suivit par le témoignages de quelques « grands » du monde des comics sur leur découverte de Spidey (Axel Alonso, Brian Michael Bendis, J.M. DeMatteis, Jeph Loeb entre autre…).

Vous l’aurez compris, ce numéro 700 est d’une ampleur considérable, à tel point que les médias français s’en emparent (en spoilant allègrement dans leurs titres d’articles) de la même façon que lorsque Miles Morales devenait le tisseur de l’univers Ultimate (LE NOUVEAU SPIDER-MAN EST NOIR criaient joyeusement tous les journaux mal informés, comme c’est souvent le cas).On est légitimement en droit de se poser des questions sur l’avenir de Spider-Man. Est-ce un simple effet Canada Dry (ça à le costume de Peter, ça pense comme Peter mais c’est pas Peter) ou un changement définitif ? Comment est-ce que cela va se répercuter sur sur les parutions VF ? Sur l’univers au cinéma ?Un numéro historique donc, mais décevant par son contenu. Il n’empêche que je suis curieux de voir comment tout cela va évoluer, et si le lectorat suivra ou non.

Peter est mort, vive Peter !

DevilPoulet

quel-avenir-pour-spider-man_3988183-L

Partager Share

Laisser un commentaire

Facebook

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>