Star Wars #1 – #3

Star Wars 001-000

S’il y a un comics que je ne voulais pas review c’est bien Star Wars. Je considérais en effet que la franchise était un monument trop important pour que j’aie l’audace de m’y attaquer. Il n’était donc pas question que je tente de faire une critique des premiers numéros parus chez Marvel depuis le retour de la saga dans l’entreprise de la souris capitaliste.

Mais puisque Panini Comics a sorti le premier kiosque le 4 mai (et sortira l’album à la fin de l’année) il faut bien en parler. Et croyez bien que j’aimerais éviter de le faire tant ces 3 numéros ne sont là que pour insulter les fans de Star Wars.

Attention, il y a un léger spoiler du #1 car c’est nécessaire pour comprendre ce qu’il se passe dans la suite des numéros et surtout pour pouvoir faire une critique complète des trois issues.

La série se déroule directement après l’épisode IV et la destruction de l’étoile noire, exactement comme dans celle de Brian Wood en 2013. L’histoire commence alors que les rebelles (Solo, Leia et Luke) arrivent sur une lune industrielle du système Corelien en se faisant passer pour des émissaires de Jabba the Hutt. Bien entendu, cette infiltration avait un but caché, trouver le noyau de puissance qui alimente tout le système afin de le faire exploser. Mais c’était sans compter sur le fait que Luke découvre des esclaves, avant de se retrouver face à Vader débarquant sur les lieux.

Star Wars 001-022

Et c’est sur le scénario que reposent tous les problèmes de cette série Star Wars. Car tout dans cette série a pour conséquence de diminuer l’impact de l’épisode V. Beaucoup de scènes sont en effet des reprises de passages devenus aujourd’hui classiques des épisodes suivants de la saga. Et cela commence avec l’arrivée de Vader qui va directement faire face à Luke (ce qui donnera lieu à un petit affrontement). Cette rencontre brise totalement l’impact et la puissance qu’avait la scène de rencontre entre Darth Vader et Luke dans l’Empire Contre Attaque. On passe en effet d’un moment d’une très grande intensité magnifiée par une mise en scène rendant Vader à la fois terrifiant et mystérieux à un affrontement ridicule qui ne met aucun des personnages en valeur, affrontement très vite interrompu par une scène grotesque que je vous laisse découvrir par vous-même.

vader first meet

Malheureusement, la suite n’est pas meilleure, puisque Aaron ne fait que reprendre des scènes ou véhicules importants dans un enchaînement de péripéties toutes plus invraisemblables les unes que les autres, qui donnent une fin absolument risible.

L’autre point extrêmement gênant de ces trois numéros est le traitement de Vader. En effet même si réécrire la rencontre entre lui et Luke est difficilement pardonnable, la suite est encore pire. Vader dans les films est un des bad-guy les plus emblématiques de l’histoire du cinéma. Que ce soit grâce à son thème musical aujourd’hui culte, à la mise en scène de ses apparitions ou à ses dialogues que l’on retient encore aujourd’hui, tout est fait pour qu’il reste dans l’histoire du cinéma. Et ça marche, il suffit de demander à n’importe quel membre de votre famille de plus de 12 ans de citer au moins une de ses phrases ou de fredonner son thème et la personne en face de vous en sera capable. Or dans ce comics Vader est réduit à n’être qu’un super-vilain banal qui saute et combat comme un vilain de jeu-vidéo grâce à une mise en scène explosive et tape-à-l’œil qui veut se donner un genre.  Je vois d’ici leur façon de penser : « ce que les jeunes veulent c’est un méchant qui soit rapide et violent, pas un vieux Jedi épuisé ». Seulement, ça ne marche pas pour la simple et bonne raison que Vader n’est pas un personnage banal.

Je ne parle pas de l’histoire parallèle de C-3PO qui n’apporte absolument rien bien que liée directement à ce qu’il se passe avec nos héros.

Coté graphique, ce n’est définitivement pas mieux. John Cassaday, qui ne brillait pas dans le premier numéro, semble s’être complètement laissé aller en nous offrant des personnages aux visages qui par moment ne semblent être que des ombres et qui en gros plans ne ressemblent pas aux acteurs d’origine. Luke fait d’ailleurs partie des personnages les plus maltraités graphiquement avec une tête qui le ferait passer pour un homme préhistorique ; particulièrement sur la cover du troisième numéro.

On en vient à se poser des questions à l’issue de ces trois numéros. Non pas que Star Wars ne soit pas adapté au format comics, on l’a en effet vu à maintes reprises chez Dark Horse qui nous a offert des titres excellents comme la Guerre des Clones ou la trilogie de Thrawn ; mais Star Wars est-il adapté au mode de production Marvel moderne, ce mode de production qui privilégie la quantité à la qualité en nous offrant par exemple plus de cinq titres sur la licence en moins de 6 mois ? Star Wars aurait-il donc dû être un microcosme à part chez Marvel au niveau production ? La réponse en voyant Star Wars 1 à 3 semble pencher vers le oui mais de nos jours ce n’est pas si simple, pas avec une machine de guerre comme Disney qui prévoit un film Star Wars par an et donc veut absolument faire un profit maximum sur la licence (ce qui est plutôt normal), avec divers produits dérivés (car oui, dans le cas d’une adaptation, Star Wars n’est plus qu’un produit dérivé).

On espère que le remplacement de Cassaday par Immonen en juillet finisse par donner un coup de boost à une série qui en a définitivement besoin, et qu’on ait enfin un
comics qui fasse honneur à cette grande saga.

12120142255125

Partager Share

Laisser un commentaire

Facebook

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>