Telos #1

Lorsque DC a annoncé les trois séries de ce « #DCOctober » on pouvait comprendre les besoins d’une nouvelle série Superman ; après tout il est le personnage de comics le plus important de l’histoire. On pouvait comprendre, sans trop saisir la finalité, que DC ait besoin d’une nouvelle série sur les Titans qui sont une équipe iconique de DC même si martyrisés avec les New 52. Et puis il y a Telos.

Telos-001-(2015)-(Digital-Empire)-001

Telos est un nouveau personnage que DC nous a présenté comme étant le bad-guy de Convergence et qui s’est avéré être une espèce de larve sans intérêt qui ne servait qu’à poser le contexte de l’event et introduire un autre personnage. En effet Telos brillait par son manque de charisme, de but et, à terme, d’intérêt.

Il était évident qu’un tel personnage méritait une série en son honneur… Non ? Tant pis pour vous car DC l’a fait et c’est sacrément de la merde.

Il n’y a pas grand chose à dire sur ce titre puisque que celui-ci est désespérément vide. On se retrouve en effet projetés directement après la conclusion de Convergence sans aucun résumé ou mise en place d’un quelconque contexte. Si vous êtes un nouveau lecteur vous ne comprendrez RIEN. Non pas qu’il y ait beaucoup à comprendre mais quand même, un petit rappel de ce qu’il s’est passé en Avril/Mai ne ferait pas de mal.

L’histoire de ce titre est on ne peut plus simple : Telos n’est pas content et veut retrouver sa famille. C’est à peu près la seule intrigue que Jeff King nous sort. Telos veut tuer Brainiac par vengeance et celui-ci lui explique que s’il met son plan à exécution il ne retrouvera jamais sa famille.

Telos va alors devoir s’associer à Brainiac qui lui dévoile un plan douteux pour que celui-ci récupère ses pouvoirs et l’aide à sauver sa famille avec à la fin un twist qu’on aura vu venir au bout de quelques pages. Les dialogues quand à eux sont aussi profonds qu’un mauvais film d’action des années 80, le « héro » principal ne fera que répéter « where is my family » « I will destroy you » et autres variantes.

Oui c'est beau, mais qu'est ce que c'est con.

Oui c’est beau, mais qu’est ce que c’est con.

Cependant pas tout n’est à jeter dans ce numéro car c’est Carlo Pagulayan qui se charge de dessins et comme pour Convergence c’est loin d’être laid. Pagulayan a un sens du détail certain et les scènes d’actions sont plutôt intenses.

Seulement des jolis dessins ne font pas un bon comics et il n’y a absolument rien à retenir de ce numéro catastrophique dans lequel on s’ennuie ferme.

Mais cette question fait se poser une question importante. Pourquoi ? Pourquoi vouloir publier une série sur un personnage aussi peu intéressant, pourquoi donner du travail à Jeff King et surtout pourquoi publier des séries qui n’auront évidemment aucun succès commercial et qui finiront par être annulées au bout de quelques trop long mois ? La réponse sera bien entendu plus profonde que « parce qu’ils sont cons chez DC » mais on sait tous que nous ne le sauront probablement jamais.

En attendant n’achetez pas ce titre, pour 4$ vous pouvez vous prendre une bonne série Image et récupérer la monnaie.

Partager Share